Good Contents Are Everywhere, But Here, We Deliver The Best of The Best.Please Hold on!
Data is Loading...
Your address will show here +12 34 56 78
News, Powerkite

C’est quoi un Powerkite ?

Le but de cet article est de vous expliquer ce qu’est le « Power Kiting ». Il vous aidera à comprendre de quoi il s’agit et à apprendre à planer à l’aide d’un cerf-volant de traction et vous expliquera aussi les techniques utilisées pour effectuer un bon saut avec votre aile, pour vous envoler haut dans les airs et pour vous amuser ! Cela fait plusieurs années que j’ai commencé à faire du Powerkite. Je n’y avais jamais pensé, car je croyais que le cerf-volant classique était vraiment ennuyeux, mais lorsque j’ai entendu parler de cerfs-volants « ailes ou kites » qui pourraient vous soulever du sol et vous faire planer, j’ai immédiatement changé d’avis ! Au départ, j’ai acheté un tout petit Powerkite. Une entorse à la cheville et quelques chutes plus tard, je n’étais pas découragé, au contraire, j’étais encore plus motivé et fasciné par la force d’une telle voile ! Les cerfs-volants de puissance « Powerkites » sont nettement plus grands que les cerfs-volants des enfants. Ils pourraient même vous blesser grièvement si vous ne les respectez pas, mais ils sont absolument amusants une fois vous les maitrisez. Regardez la vidéo ci-dessous, il s’agit d’un tout petit cerf-volant de puissance, il plane tout comme un grand cerf-volant de puissance, à une hauteur de 4 mètres, mais vous pouvez voir le résultat même avec un vent faible. Voilà quelqu’un qui ne sait probablement pas ce qu’il fait, car il a carrément raté son atterrissage, mais il vous donne une idée de la puissance d’un petit Powerkite si le vent est assez fort. La surface d’un Powerkite est mesurée en mètres carrés. Généralement, si vous êtes débutant, vous commencez avec un petit Powerkite faisant à peu près 3 ou 4 mètres carrés de surface. Un Powerkite d’une telle surface ne peut pas vous soulever très haut, sauf si le vent est relativement fort. Si toutefois vous ne pesez pas beaucoup, vous allez probablement subir le même sort que le gars dans la vidéo ci-dessus !
Information complémentaire : Les blessures sont très fréquentes chez les débutants. Il existe des règles très importantes à respecter pour éviter les erreurs. Cliquez ici pour télécharger gratuitement la liste des 10 erreurs à éviter à tout prix.
Les Powerkites se déclinent en plusieurs tailles (ou surfaces) qui s’adaptent à différentes conditions. S’il y a du vent, un petit powerkite fera l’affaire, si le temps est assez calme, il faut utiliser un grand powerkite. Si vous ne pouvez pas vous permettre d’acheter plusieurs cerfs-volants, alors vous devriez soigneusement en choisir un. L’un des meilleurs Powerkite, qui serait votre choix judicieux, c’est le Flexifoil Blade. Il est en ce moment en sa cinquième version, le mien est d’ailleurs de la 4eme édition. Vous aurez toute une gamme de choix, mais vous n’en aurez que pour votre argent. Si vous payez plus, vous aurez plus d’options. Les Powerkites les plus demandés font environ cinq mètres carrés de surface. Il est déconseillé de voler par vent fort, car vous allez probablement voler au-dessus des toits des maisons. Par un vent léger, il se peut que vous ne puissiez même pas décoller. Cela dit, l’idéal serait un homme de moyenne corpulence avec un Powerkite d’environ 5 mètres carrés dans des conditions normales.

Que faire si votre cerf-volant est trop grand pour les conditions de vent ?

La vidéo suivante est unique, soit le vent était plus fort que le gars le pensait, soit l’aile était un peu plus grande pour les conditions de vent, ou un peu des deux. De toute façon, son aile l’a soulevé à 50 mètres dans le ciel, il lui a fallu tenir le coup. Ça à l’air terrifiant, mais c’est une vidéo absolument géniale, à regarder.  

Respecter l’aile

C’est la première chose que je dis à ceux qui commencent à faire du Powerkite. Si vous la considérez comme un jouet, elle prendra sa part de revanche ! Malheureusement, la plupart des gens prennent cela à la légère, et puis, dès la première chute, ils se rendent compte que je ne plaisantais pas. Une des choses les plus importantes à retenir si vous faite du Powerkite, c’est que vous pouvez tout lâcher. Si vous pilotez une aile ordinaire à quatre lignes de commande, vous y trouverez des poignées de ce genre : poignee Les lignes du haut sont les lignes de commande, celles du bas sont les lignes de frein. Les sangles autour des poignets sont connues sous le nom de « kite killers ». Elles vous viendront en aide lorsque les choses se compliquent ! Pendant que vous planez, vous pouvez tirer sur les poignées pour diriger l’aile vers la gauche ou vers la droite, en tirant soit avec votre main gauche ou droite. C’est vraiment simple. La plupart des gens commencent à tourner les poignées comme s’ils conduisaient une voiture, mais cela ne va pas les aider. Si vous devez tirer l’aile vers vous, ou libérer une partie de la puissance de l’aile, alors là vous tirez sur les lignes de frein, en inclinant les poignées vers l’avant. Si vous inclinez une pognée plus que l’autre, cela va freiner le côté de la poignée la plus inclinée en tordant l’aile, donc en faisant cela, vous pouvez faire tourner l’aile rapidement. Si tout va mal, lâchez tout ! Les kite killers autour des poignets tireront alors sur les lignes de frein à votre place et feront rabaisser l’aile. Il est préférable de ne pas faire cela lorsque vous êtes haut dans les airs, car vous allez perdre toute la portance de l’aile et chuter par conséquent. Votre aile ne peut pas aller tout simplement n’importe où dans le ciel, ses déplacements dépendent de la direction du vent. Il est assez facile de savoir de quel côté souffle le vent, en cas de doute, vous pouvez soit jeter un petit caillou dans l’air, ou regarder vers quelle direction une petite tige d’herbe va pencher. Vous devez vous assurer que l’aile ne sort pas de ce qui est connu comme la fenêtre de vent.

La fenêtre de vent

fenetre_vol_force Ceci est une représentation de la fenêtre de vent, elle dépend de la direction du vent, plus vous dirigez l’ail vers les bords de cette fenêtre, plus elle va perdre de sa puissance. Si l’aile sort de l’espace délimité par la fenêtre de vent, elle tombe du ciel. La fenêtre de vent se déplace selon la direction du vent. Directement en face de vous, c’est là où le maximum de puissance que peut atteindre l’aile. Lors de votre premier lancement, vous devriez soulever votre aile aussi rapidement que possible afin de ne pas vous retrouver tiré en position de superman. Par vent fort, vous devriez la positionner à 10 ou 02 heures, afin de ne pas voler directement dans la direction du vent, cela vous aide aussi à maintenir vos dents là où ils devraient être ! traction au sol Imaginez-vous allongé sur le vente, les bras tendus (comme sur la photo), tout en vous déplaçant à une vitesse de 80 km/h sur l’herbe. Vous imaginez que ce n’est pas très agréable… Une fois que vous avez lancé l’aile, vous pouvez la ramener lentement vers la zone de puissance tout en mesurant la puissance du vent. Si vous la ramenez trop bas, il peut vous tirer violemment vers l’avant, alors ne soyez pas fou ! Lorsque nous avons commencé, mon ami a fait cela par un vent très fort, il a fini par se retrouver tiré sur plusieurs mètres à une grande vitesse. Il a oublié de tout lâcher !  Comment puis-je sauter alors ? Pour sauter avec un Powerkite, vous devriez commencer par quelques entraînements si vous ne voulez pas vous casser les chevilles. Avant tout, vous devez vous familiariser avec les commandes de l’aile, et ce, avant même de penser à votre premier saut. Cela signifie que vous pouvez la positionner de sorte qu’elle reste n’importe où dans l’espace délimité par la fenêtre de vent. Cet exercice nécessite beaucoup de pratique, ayez donc de la patience. Vous devriez de préférence sauter sur une plage de sable ou de galets, cela vous éviterait les atterrissages brutaux. Si vous ne pouvez pas aller à la plage, vous pouvez essayer un champ, mais les plages restent tout de même le meilleur endroit pour un bon apprentissage. Il y a différentes façons de sauter, mais l’un des sauts les plus simples est de positionner l’aile soit à 10 heures ou à 2 heures dans le ciel, elle se positionne donc sur le côté de la fenêtre. Tenez-la dans cette position jusqu’à ce que vous sentiez que le vent devient plus fort. Soulevez-la horizontalement dans le ciel soit à droite ou à gauche, en tirant l’une des poignées vers vous. Commencer à courir au près et dans la direction opposée à l’aile. En fait, si vous dirigez l’aile vers la gauche, il faut courir en arrière et à droite, et si vous dirigez l’aile à droite, il faut courir en arrière et à gauche. Pendant qu’elle vient se positionner directement devant vous, tirez rapidement l’autre poignée vers vous pour que l’aile change de direction et commence à se soulever vers le haut. C’est à ce moment que vous aurez plus de puissance et que vous pouvez décoller. C’est ce qu’on appelle le saut pendulaire. Lorsque vous êtes en l’air, ne faites pas plonger l’aile. Cela va vous faire tomber. Une fois que vous êtes dans les airs, au lieu de laisser aller les choses, essayez de positionner l’aile sur le bord de la fenêtre, cela va commencer à vous faire redescendre. Vous devriez, bien évidemment, atterrir doucement et tranquillement, sous les applaudissements de vos amis, sinon vous allez rater votre atterrissage, et rien ne vous garantira que vous allez vous relever avec des dents saines !  Voilà le genre d’atterrissage que vous visez Ce n’était pas le plus grand saut, mais visiblement, il a bien contrôlé son aile. Voilà ce que vous devez surtout éviter de faire… Rassurez-vous, ce gars n’a pas été blessé : Une fois que vous êtes familiarisé avec le Powerkiting, vous pouvez passer à l’étape suivante, en faisant soit du kite buggy ou du kitesurf. Si vous faite du kite buggy, vous n’allez pas pouvoir sauter, alors que si vous faites du kitesurf, vous pouvez effectuer différents types de sauts, si vous savez comment vous y prendre, bien sûr. Les ailes utilisées pour le kitesurf sont un peu différentes par rapport à celles utilisées pour le Powerkiting, puisque vous pouvez en régler la puissance, elles ont des bords gonflables et leur puissance est commandée par une barre au lieu de poignées, mais elles restent des ailes très contrôlables, donc l’idée est la même. Certains kitesurfers peuvent effectuer des sauts impressionnants, en voici un dans la vidéo ci-dessous. C’est un sport super, mais il requière un équipement complexe et beaucoup d’exercices que le Powerkiting. J’aime la simplicité, aller sur un champ ou sur la plage et planer et sauter. Vous n’avez besoin d’aucun équipement autre que votre aile « kite », des amis et une belle ambiance, c’est un excellent sport. J’espère avoir suscité la curiosité de quelques amateurs de découvrir de plus près le Powerkiting, si vous n’avez jamais tenté cette expérience et que vous y êtes intéressé, alors c’est le moment d’y aller ! Il y a des cours qui vous aideront à effectuer votre premier saut, et après quelques sauts ratés vous allez apprendre à maitriser votre aile. J’espère que vous avez apprécié cette introduction au Powerkiting, si vous avez des commentaires, n’hésitez pas à nous en faire part ci-dessous.
1

Allons faire un tour ! Les Powerkites sont apparus pour la première fois dans les années 70, lorsque les cerfs-volants acrobatiques Flexifoil sont devenus disponibles au grand public. Cette aile « cerf-volant » disposait d’un seul lignes flexible passant par toute la longueur de son bord d’attaque. Le bord avant, si vous n’êtes pas tout à fait familier avec la terminologie. Ce fut une aile rapide et très puissante, les gens utilisent encore ce design. Quoi qu’il en soit, un petit nombre de personnes ont vite commencé à faire de l’aile ou du cerf-volant Flexifoil un moyen de traction. Ils ont trouvé plusieurs façons d’utiliser la force du vent pour se déplacer sur sable par exemple ou à l’aide de petits buggys. De nos jours, les ailes de traction ou les Powerkites sont utilisées sur
  • L’eau
  • Sable/boue
  • La neige
Les parapentes sont le type le plus couramment utilisé sur des surfaces sèches, tandis que sur la mer, les ailes à bord d’attaque gonflable sont plus pratiques. Par ailleurs, un petit Powerkite d’initiation serait un excellent moyen de se préparer avant de passer aux grands cerfs-volants, sur toute surface.

Catégories de Power Kites

Les designers ont, au fil des années, développé une gamme variée d’ailes pour répondre aux particularités de différents sports. Je ne veux pas vous embêter ni vous ennuyer, je vais donc vous parler de deux catégories principales…
  • Ailes de puissance « Powerkites »
  • Ailes de traction « traction kites »
Certaines personnes utilisent ce nom pour toutes les ailes à un, deux, trois, quatre ou cinq lignes flexibles. Beaucoup d’autres, y compris moi, les divisent en Powerkites à deux ou trois lignes et Traction Kites à quatre ou cinq lignes. Il existe une vaste gamme de formats disponibles, et les prix varient essentiellement selon le format « les dimensions ». Cliquez ici si vous souhaitez apprendre le powerkite (fonctionnement du vent, fonctionnement de la traction).

C’est quoi un Powerkite et c’est quoi une aile de traction ?

Les Powerkites sont les plus petits et les moins chers, ils sont principalement utilisés pour la voltige ou tout simplement pour se divertir. Oui, ce ne sont qu’un autre genre d’ailes acrobatiques. Un petit Powerkite est assez rapide dans l’air, c’est ce qui lui permet de procurer des sensations fortes une fois dans les airs ! Toutefois, si le Powerkite fait 3 mètres carrés de surface ou plus, il aura de la puissance de traction. Ce type de Powerkite est, bien entendu, utilisé pour tirer de petits buggys terrestres, par exemple. Selon les conditions de vent, rien ne vous empêche bien sûr de voler avec une aile de traction « traction kite » à 4 lignes tout comme avec une aile acrobatique assez chère et impressionnante ! Les câbles de frein supplémentaires vous permettent de faire tourner l’aile avec moins de mouvement de lignes que dans le cas d’une aile à 2 lignes. En outre, les câbles de frein sont pratiques pour ramener l’aile sur le sol avec plus de contrôle.

À cause de la trainée de 4 ou plusieurs lignes dans l’air, et d’autres raisons aérodynamiques, les ailes de traction sont un peu plus lentes que les ailes multilignes plus petites. La plupart des kitesurf ne sont pas des parapentes.
On peut y voir des lignes de bords d’attaque et quelques autres lignes plus courts qui aident l’aile à garder sa forme. De nos jours, certains kitesurfers font même des courses, un peu comme des courses de bateaux. Bien qu’il soit possible d’apprendre seul le kitesurf, beaucoup de gens préfèrent suivre des leçons de kitesurf.

De cette façon, les progrès pourront être plus rapides et d’importantes leçons de sécurité seront apprises de manière facile.
Souvent, une aile d’entraînement est utilisée pour s’initier à ce divertissement. Je voudrais seulement dire ici que certaines ailes de traction sont conçues uniquement pour la vitesse, ce qui n’est pas le cas pour d’autres ailes de traction de la même taille. Ce sont des « ailes de course », et si vous en acquérez une, ne vous attendez pas qu’elle soit aussi facile à manoeuvrer telles que les autres ailes de traction !

Les Powerkites en action

OK, comment se fait-il que les gens préfèrent ce type d’ailes « ou de kites » ? Quel grand sujet ! Ce type d’ailes étant si populaire, les fabricants ont su comment répondre aux besoins de tout le monde. D’une part, les jeunes enfants peuvent utiliser les plus petits Powerkites à 2 lignes sous surveillance une fois à la plage.

D’autre part, les athlètes de haut niveau repoussent les limites en faisant des figures de freestyle sur la neige ou sur les vagues avec d’autres planches de surf, en utilisant des bords d’attaque gonflables très couteux.

Les ailes de traction haut de gamme se rapprochent plus des avions que des jouets. Ne vous étonnez pas si on vous dit que certaines ailes utilisées pour la traction sont conçues par des fabricants de parapentes !

Le coût de telles merveilles volantes peut dépasser 1000 $. Sachez que, si vous avez de la patience, vous pourriez faire de sacrées économies en fabricant des Powerkites à partir de rien. Croyez-moi, il y aura de la couture à faire, beaucoup ! Il serait judicieux de discuter avec des experts sur quel genre de Powerkite vous souhaitez fabriquer, avant de dépenser quoi que ce soit pour acheter les matériaux nécessaires ! Vous l’aurez deviné, avec un bon powerkite, il vous est possible d’effectuer de beaux petits sauts. Je vous conseille la page dédiée aux sauts en powerkite.

Il est temps maintenant d’établir une liste

Même si vous n’aimez pas cela, une liste est un excellent moyen de récapituler les informations. Vous n’imaginez pas le nombre d’utilisations des ailes de puissance ou de traction, voici donc la plus grande liste d’activités de Powerkites que vous allez trouver sur Internet.
  • Du pur fun, s’amuser tout simplement à voler avec une aile multilignes, dans toutes les directions et aussi loin que possible
  • Apprendre quelques acrobaties et les pratiquer pour le plaisir, ou participer à des compétitions de kites
  • Sous contrôle, vous pourriez vous laisser entrainé sur des terrains boueux, sableux, sur de la glace ou sur de l’herbe.
  • Battre des records bêtes, en septembre 1988 par exemple, une aile faisant 43 mètres carrés a battu le record de l’aile acrobatique la plus large au monde « World’s Largest Stunt Kite ».
  • Battre des records sportifs, tels que le record de vitesse à la voile illimitée classe C, avec un ensemble de coques de catamaran propulsées par un empilement de Flexifoils contrôlées à l’aide de treuils !
  • Faire du kitesurf, ou se laisser entrainer par la force du vent tout en progressant avec sa planche de surf
  • Faire du kitesurf, mais sur une planche à voile
  • Faire du kitesurf sur un kiteboard
  • Faire du bodysurf à l’aide d’une aile de traction
  • Faire de la voile avec un bateau sur l’eau
  • Faire de la voile avec une luge sur glace
  • Se laisser entraîner avec des patins à glace, patins à roulettes ou patins à roues alignées
  • Faire du ski cerf-volant sur neige
  • Faire du buggy à cerf volant
  • Faire du snowkite ou du « ski acrobatique », ou se laisser entrainer par la force du vent tout en chevauchant un snowboard ou une « planche à neige »
  • Faire du kiteboard, avec une planche tout terrain.
  • Faire du kiteboard avec une planche de montagne
  • Faire du kiteboard sur un char à voile
  • Faire du ski nautique à l’aide d’aile de traction
  • Dangereux : Faire du Kite jumping, c’est quand vous sautez dans les airs aussi loin que vous l’osez
  • Encore plus dangereux : voler en cerf-volant, c’est lorsqu’une grande aile de traction soulève quelqu’un très haut dans les airs
Le « Freestyle », le ski cerf-volant que le kitesurf ont énormément gagné en popularité. Les commandes du kitesurf sur terre ont plusieurs ressemblances à celles sur mer ou sur neige. Si vous avez une réflexion à ce sujet, il n’est pas difficile d’inventer de nouvelles idées où vous pouvez utiliser des ailes. Voici quelques idées :
  • Faire du Kitebagging, sur de l’herbe humide, tout en enfilant un grand sac-poubelle en plastique (très faisable j’en suis sûr)
  • Faire du Kite duning, pieds nus, sur et autour des dunes de sable, « prendre l’air » de temps en temps (mmm comme c’est pratique. )
  • Faire du kite-vertising, avec votre aile ou cerf-volant vous allez en faire un une sorte de panneau d’affichage lors d’événements publics (pas aussi stupide que cela puisse paraître)
  • Faire du kitebiking, vous allez vous servir de vos pieds pour vous diriger et de vos mains pour commander le cerf-volant (vous serait stupide en essayant de faire cela).
  • Des acrobaties sous-marines, vous allez là laisser votre cerf-volant se porter par les courants des marées en plongée sous-marine (je ne suis pas sérieux, mais j’ai vu quelques photos de personnes qui font cela !)
Je pense que je vais m’arrêter là avant que ça devienne trop absurde. En fonction du type d’activité que vous pratiquez, vous aurez évidemment besoin d’un autre matériel de powerkite.
Information complémentaire : évitez les erreurs de débutant et progressez plus vite. Téléchargez ma liste des 10 erreurs les plus courantes avec ma solution comment les éviter (cliquez ici)
Comme vous pouvez le voir, quel que soit le mode de déplacement sur terre, on peut toujours l’essayer avec une aile de traction, c’est impressionnant !
Qu’en pensez-vous, vous avez déjà essayé ou ça vous donne envie ? Dites-le moi dans les commentaires ci-dessous.
8

Non classé, Powerkite
[three_fourth_last]Ci-dessous, vous trouverez un bref cours de powerkite (aussi appelé voile de traction) destiné à vous fournir les bases pour commencer ce sport. Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous conseille de consulter la page d’introduction au powerkite.

Introduction

Pour bien gérer sa voile, il est nécessaire de bien gérer le vent. Pour bien débuter, il est important de comprendre le comportement de l’aile en fonction du vent (force, direction).
Dans le jargon du cerf-volant, un terme revient souvent : la fenêtre de vol. Il s’agit d’un lieu dans lequel le cerf-volant peut évoluer. Comme représenté sur l’image ci-dessus, la fenêtre représente une surface en 3 dimensions allant du sol au sommet, et de gauche à droite du conducteur. Il est logique que le cerf-volant ne pourra pas voler face au vent. La traction exercée par le vent sur l’aile ne sera pas pareil en fonction de l’angle du vent. En effet, la traction maximale se situe au centre et en bas de la fenêtre de vent. En revanche, la traction minimale a lieu lorsque le cerf-volant se trouve en bordure de fenêtre, c’est-à-dire aux extrémités droite et gauche de la fenêtre de vent, ainsi qu’au sommet de la fenêtre. Sur l’image ci-dessous, vous trouverez un aperçu de la force en fonction de la position de l’aile.  

Echelle de Beaufort

L’échelle de Beaufort est une échelle de mesure du vent. Dans le tableau ci-dessous, vous  trouverez l’équivalent de la force du vent, de la description en mots, de sa vitesse en km/h, en noeud ainsi que ses effets visibles. Sur les sites de météo marine (ou autre), la force du vent est la plupart du temps indiquée en force, d’où l’importance de connaitre son équivalence.       [table id=4 /]

Préparer son matériel

Avant de pouvoir effectuer le premier vol, il est extrêmement important de bien préparer tout son matériel. Une fois que l’aile sera lancée dans les airs, il sera difficile et désagréable de constater un oubli. Vous trouverez un détail du matériel dont vous avez besoin sur la page dédiée au matériel de powerkite.

Dérouler les lignes

Pour pouvoir effectuer un vol optimal, les lignes doivent être parfaitement déroulées. Pour ce faire, déroulez simplement l’intégralité des 2 ou 4 lignes de votre aile et assurez-vous qu’aucun nœud ne s’y trouve.

Déplier la voile

L’idéal est d’être deux pour préparer sa voile, surtout par vent important. L’un bloque la barre afin que celle-ci ne bouge pas, et l’autre peut ainsi tranquillement dérouler les lignes et déplier la voile sans se soucier d’un envol éventuel de cette dernière. Si vous êtes seul, veillez à trouve un moyen de bloquer la barre (ou les poignées) pour dérouler correctement les lignes.

Premier vol

Si vous avez déjà fait du powerkite, je vous conseille d’aller faire tour sur notre tutorial pour apprendre à sauter.

Vérifier le terrain

Cette étape devrait avoir eu lieu avant même de préparer son matériel.
  • Repérer les lignes électriques (par exemple à haute tension) et prévoir suffisamment de marge en distance
  • Surveillez la météo et n’utilisez pas votre cerf-volant en cas d’orage
  • Prévoir du matériel de protection, comme un casque ou des gants pour éviter les brûlures
  • Evitez les bâtiments ainsi que toute route ou tout chemin qui pourrait être fréquenté
  • Ne vous approchez pas trop des animaux susceptibles d’être effrayés par l’aile de traction
Information complémentaire : évitez les erreurs de débutant et progressez plus vite. Téléchargez ma liste des 10 erreurs les plus courantes avec ma solution comment les éviter (cliquez ici)

Les techniques de base

Poignées powerkite Si vous possédez un cerf volant à 4 cordes, vous utiliserez des poignées en forme de bananes. (voir photo ci-jointe). Aux deux extrémités de ces poignées, on trouve la possibilité d’y fixer des lignes. En effet, les lignes supérieures gauches, inférieures gauches, supérieures droites et inférieures droites seront respectivement fixées sur le haut de la poignée gauche, le bas de la poignée gauche, le haut de la poignée droite et le bas de la poignée droite. Grâce à ces 4 lignes (contrairement aux ailes à 2 lignes), on pourra déplacer le cerf-volant de manière très précise dans l’espace. La partie en mousse de la poignée sera placée vers le haut, du côté des pouces de la main. En tirant sur cette partie supérieure, la partie supérieure de l’aile sera réceptive au vent ; un décollage pourra être effectué. En revanche, pour ordonner au cerf-volant de « descendre », il faudra effectuer le mouvement inverse, c’est-à-dire pousser la partie en mousse et tirer sur la partie du bas, ici métallique. Pour déplacer le kite vers le droite, il suffira de tirer sur la poignée (cette fois-ci entièrement) droite, et sur la gauche pour le déplacer vers la gauche.

Le décollage

La toute première étape pour faire du cerf-volant est le décollage. Si vous avez pris connaissance de la théorie ci-dessus, il vous sera plus simple de comprendre le comportement de votre voile en fonction du vent. Si vous débutez, méfiez-vous des rafales, qui risqueraient de vous emporter et de vous empêcher d’effectuer correctement votre décollage. Préférez un vent constant, par exemple en allant à un endroit où le vent ne serait pas perturbé par des obstacles, comme par exemple des bâtiments.

Préparer la voile

Sortez et dépliez la voile par-terre. Si vous êtes sur la plage, placez du sable sur les bords de la voile afin qu’elle ne s’envole pas. (voir image ci-contre). La voile doit être placée perpendiculairement au vent pour permettre d’effectuer un décollage propre. Si le vent est trop fort, vous pouvez modifier l’angle pour que le vent n’attaque pas de plein fouet, mais de manière légèrement latérale.  

Fixer les lignes

Pour fixer les lignes, vous allez utiliser un noeud tête d’alouette. Ce noeud est très résistant et extrêmement simple à réaliser. Cette vidéo vous montre comment faire :
Maintenant que vous avez fixé vos lignes au cerf-volant, déroulez ces dernières en reculant. Dès que vous arrivez au bout, fixez l’autre extrémité aux poignées, en suivant les instructions suivantes :  
Veillez bien à ce que les lignes ne se croisent pas, et que les lignes fassent la même taille pour les deux poignées (une asymétrie vous empêchera de bien contrôler le cerf-volant).

Décollez !

Maintenant que les poignées sont reliées à l’aile via les lignes, vous pouvez commencer. Pour rappel, le vent doit être dans votre dos. C’est parti ! Inclinez vos poignets vers le haut (pointez vos pouces vers vous, le bas des poignées sera placé en avant), et tirez fermement sur les deux poignées. Félicitations ! Ca y est, votre premier vol est en cours d’execution.
Pour finir, voici une excellente vidéo en anglais. Dans celle-ci, vous trouverez davantage d’informations concernant les principaux points abordés sur cette page (manière de dérouler les lignes, plier et déplier le cerf-volant, gérer un décollage et atterrissage) :
2

Qu’est-ce qu’un powerkite ?

Un powerkite,  voile de traction, aile de traction ou encore aile terrestre est un type de cerf-volant caractérisé par sa forme galbée. Comme pour tous les cerf-volants, il existe plusieurs types de voiles de traction. Sur ce site, vous trouverez des informations pour débuter le powerkite, par exemple pour choisir la taille de l’aile par rapport à votre gabarit.  

Les types de powerkite

On distingue les powerkites principalement par rapport au nombre de lignes. En effet, on trouve des voiles de traction à 2 lignes ou à 4 lignes.

Powerkite à 2 lignes

Ce type de cerf volant est généralement de petite taille et donc conseillé pour les enfants ou les débutants. La surface de l’aile n’étant pas très grande, 2 lignes suffisent à contrôler la traction de la voile. Ainsi, le cerf-volant est plus facilement controllable et parfait pour une appréhension rapide.
[table id=1 /]

Powerkite à 4 lignes

Pour une traction plus poussée (ou plutôt tirée), que ce soit en raison d’un vent plus faible ou d’un poids de l’utilisateur plus fort, il existe les powerkites à 4 lignes. Outre les 4 lignes, on distingue ici encore deux types de « manettes » :
  • La barre
  • Les poignées
Information complémentaire : Attention aux accidents ! Téléchargez ma liste des 10 précautions à prendre avant de débuter le powerkite (cliquez ici)

La barre

Elle est principalement employée comme accessoire pour tous les sports utilisant le  la voile, comme le kitesurf (sur l’eau), le kitesnow (sur la neige), le kitebuggy (sur la plage), etc. car elle présente l’avantage de pouvoir s’accrocher à un harnais, ce qui offre plus de liberté et permet surtout de faire face à des vents plus puissants.

Les poignées

Tout comme pour les ailes de traction à 2 lignes, les poignées pour cerf-volant à 4 lignes se contrôlent directement à la main (contrairement à la barre ci-dessus).
 






> Cliquer ici pour accéder au Cours de powerkite

0